30/04/2008

London calling

Je viens juste par ici pour annoncer une nouvelle, une plutôt bonne nouvelle ...

Même si rien n'est totalement sûr encore ...

Au mois de janvier, j'ai rempli un dossier pour être assistante de langue au RU

Hier j'ai eu un mail, ma candidature a été retenue ...

Je suis prise ... j'attends juste le mois prochain ... pour savoir où je pars exactement ...

J'avais choisi Londres et sa région - Manchester/ Liverpool & Brighton ... mais choix vont ils être respectés, dans un mois je le serai ...

Etes vous déjà partis assistante de français au RU, si oui, dites moi tout !!! 

 

17:26 Écrit par Malou dans Célébration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pleurer sur un trottoir*

lac
Je préfère d'abord vous rassurer sur mon état mental, tout va bien de se côté là mais en même temps j'ai ce qu'on appelle des bizarreries, mais qui font que je suis moi et qui ne m'ampêchent pas d'avoir des amis, de cotoyer des gens ...

Je parle d'une manie que j'ai, qui est de tout noter et ainsi faire des listes. Ecrire, noter, archiver ... me rassure ; sur ce que je sais, j'ai, je voudrais ... finalement ce que je suis. Je ne peux m'en empêcher, j'ai des milliards de carnets, cahiers ... il y en a même que je ballade de sac en sac, qui s'abîment au fond de mon sac mais je ne me résouds pas à les laisser chez moi ; on ne sait jamais ... si l'envie me prenait de noter un truc, d'entamer une liste ?

Mais je ne m'arrête pas là ; je note le moindre truc sur mon portable, ce qui fait que j'ai des icônes qui se multiplient sur mon bureau ... des choses plus ou moins intéressantes voire plus ou moins importantes ... en fait les dévoiler serait comme me dévoiler & que j'ai atteind la limite de ma non-pudeur ... mais je fais de même avec mon PDA où il y a "les articles à faire", "les films à voir" et autres joyeusetés ...

Je ne peux m'en passer ... ces écrits se multiplient sur mon bureau , j'ai des piles de carnets de tailles plus ou moins différentes, je ne peux m'en séparer car il y en a qui m'ont suivi en Angleterre, une époque pas très drôle de ma vie ou bien où j'ai écrit des passages importants de ma vie.

Par contre là où je me suis rendue compte que je n'arrivais plus à écrire, c'est mon journal. Peut être tous ces carnets ont pris la place ? Peut être que mon blog fait office de journal ... même si je ne livre que ce qui m'intéresse ... pour être plus sincère, je ne m'invente pas une vie mais je ne parle pas de ce que même à mes proches je ne peux dévoiler ... mais qui sait peut être un jour ?
Tout cela pour dire que je liste tout :

* un répertoire avec mes chansons fétiches (rangées dans l'ordre alphabétique)
* la liste de livre que je voudrais lire
* la liste de mes répérages modesques sur la toile
* la liste des films des années 60-70 à voir
* les films que je dois avoir vu (toute période confondue)
* les nombreux blogs que je n'ai pas encore visité
* des citations, des extraits de livres ... (qui me permettent de situer ma pensée)


Et vous vous listez comme moi ? C'est quoi votre genre alors ?

Je vous laisse avec une de mes citations préférées, Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m'aimer mais il est important qu'elle lui interdise de me lyncher de Martin Luther King.

* vous aurez reconnu les paroles de La Liste de Rose

08:45 Écrit par Malou dans Beauty Bar | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/04/2008

Papillon de lumière


papillon

Tout le monde parle de la Nouvelle Star et j'avoue ne pas avoir suivi un seul des épisodes de cette édition 2008 pour diverses raisons ; surtout parce que cette année j'ai un peu zappé la télé pour cause d'accumulation boulot, études ... alors que je trouvais le concept pas trop mal par rapport à l'autre émission phare d'une autre chaîne j'ai nommé la Starac ... comme tout le monde j'avais été intriguée par la télé réalité, en même temps quand le Loft est sorti j'avais 15 ans ... mais j'en suis revenue ...

Tout cela pour dire que j'ai découvert les chanteurs de la NS ainsi que Cindy Sander ; j'étais chez une amie pour réviser (la semaine dernière) et je suis intriguée par la couv' de son magazine TV et lui demande qui c'est cette Cindy Sander ... elle m'explique casting, voix affreuse, ongles très longs, bla bla bla ... à la TV on ne voit qu'elle, on n'entend parler d'elle partout ... sur le net je découvre sa chanson ... et puis je la vois dans l'émission de la NS mercredi dernier ... je n'aurai qu'une réaction *O my god*

Je n'ai pas de mot pour décire la médiocrité des paroles, de la chanson ... mais me viens une question, qui est symptômatique de notre génération ; le succès, la gloire, être à tout prix célèbre.

Loin du fait que j'aime pas ce qu'elle chante, ses manières de chanter, de parler ... mais je me pose la question, elle a l'air de se rendre compte que son succès peut partir d'un moment à l'autre, que finalement ce n'est qu'un malentendu, basé sur du vent .. Je retiendrai la phrase de mon frère quand il a vu sa prestation sur M6 *on nage en pleine médiocrité* ... en fait c'est cela, les gens pourvus qu'ils soient connus, rien ne les gêne ... d'être ridicule, de ne pas savoir chanter ... tout ceci est accessoire. Comme le disait Warhol, qu'on a le droit à son quart d'heure de gloire.

Mais après ? qu'en reste -t-il ... une phrase de la famille de Cindy Sander dit "comme elle fait beaucoup parler d'elle, qu'il y a de nombreuses vidéos de fan d'elle sur internet, c'est qu'elle a du talent" ... donc le talent est un résultat, une conséquence ... mais plus du tout une cause. C'est là où je reste perplexe ...

Pourquoi avoir autant besoin d'être connu, dans quelque chose où l'on n'est pas forcément doué ? au lieu de faire une chose dans laquelle on excèle, mais ce de manière anonyme ? Peu importe l'image qu'on renvoye du moment qu'on est connu ...

Et vous, vous en pensez quoi ?

* non je n'ai rien trouvé de mieux, Cindy Sander

 

butterflya


 

19:04 Écrit par Malou dans Que se passe-t-il ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

I am a MONOmaniac

arc en ciel

Je suis une monomaniaque, une vraie, une pure et dure. C'est carrément devenu une philosophie de vie. Sans monomaniaquerie point de salut.
En même temps, je suis une monomaniaque duplicative ... j'entends par là, qu'après avoir fait overdose de tel chanson écoutée 500 fois par jour ou avoir décidé que cette fringue j'allais arrêter de la mettre pour me consacrer à un nouveau achat ... Paf, je retombe dedans !
Je zappe l'ancienne manie pour répéter le schéma sur un autre item ; ben oui sinon ça ne serait pas marrant quand même ?

J'étends monomaniaquerie à de nombreux domaines ; pour la musique, ma dernière trouvaille ça été REM - Losing my religion que j'ai écouté au bas mot 1000 fois ou bien avec Stairway to heaven (de toutes façons j'avais décidé que les Led n'avaient faits que cette chanson comme les King Crimson n'avaient faits que Epitaph ; tiens ça fait longtemps que je ne les ai pas écoutés !) - la boucle est bouclée -
Mais ça marche aussi pour les fringues ; une paire de bottes et hop je ne mets que ça (zappant allègrement mes ballerines fétiches, que le soleil m'a fait réadopté, mais ça s'est une autre histoire), pour les sacs ... c'est comme l'histoire sans fin ... mais je me complais dans cette manie, donc pour moi ça va ...

Et vous aussi une manie ?

PS : Cela me fait penser à ma manie des listes ...

Edit : Here we are ... ma nouvelle monomaniaquerie c'est Mercy de Duffy ...

07:30 Écrit par Malou dans Célébration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/04/2008

Ne le dis à personne

ne le dis à personne

Quand Ne le dis à personne était sorti, je l'avais manqué au cinéma alors que je voulais absolument le voir mais je me suis dis que je le verrai bien un jour, surtout quand on m'a dit qu'il n'était pas si bien que cela ...

En même temps, j'ignorais qu'il avait été adapté d'un livre d'Harlan Cohen, du même nom. J'ai pu enfin l'avoir entre les mains, il y a quelque jour. C'est grâce à un book-crossing ; un ami l'a passé à une amie qui me l'a passé & là c'est au tour de mon frère de lire). Je l'ai littéralement dévoré, j'ai du le lire en 3 jours, je repoussais le moment où j'éteignais la lumière pour savoir ...

En fait si je devais faire une critique du livre c'est que ce n'est pas le style qui m'a marqué mais plutôt la technique de l'intrigue. J'entends par là, la manière dont Harlan Cohen a orchestré l'histoire, les rebondissements pour qu'à chaque seconde on doute de ce qui a été écrit. Alors je cherchais à savoir ... qui est ce nouveau personnage (au début c'est limite s'il n'y a pas un personnage toutes les 20 lignes) ? qu'a t-il voulu lui dire ? que lui a t-il fait ? autant de questions qui restaient sans réponse & c'était avec une grande tristesse que je me couchais chaque soir ... sans aucune exagération !!!

Comme je le disais l'histoire est bien ficelée, elle vous prend aux tripes ... vous vous mettez à la place de Beck ; vous angoissez pour lui, vous croyez pour lui ... et même peur aussi ...

Le seule reproche que j'aurai à faire, c'est autant toute l'histoire est bien développée, Harlan Cohen prend le temps de décrire les personnages, de savoir qui ils sont, de distiller des informations qui ne prendront sens qu'après ... autant je trouve la fin bâclée. Tout s'accélère certes, ce n'est pas cela que je reproche ... j'aurai imaginé juste autre chose, quelque chose d'un peu plus pousser.

Sinon maintenant j'hésite à voir le film car il est vrai que le roman permet au lecteur une certaine liberté ; liberté d'imaginer la tête des personnages, leurs habits ... de s'imaginer le temps et l'espace alors qu'au cinéma il n'y a qu'une seule et unique possibilité. En même temps, là où réside la beauté du cinéma et l'interprétation que le réalisateur s'est fait de tel ou tel livre ... donc je suis partagée mais je suis tellement curieuse de voir ce que ça donne mais aussi, je ne sais pas si ça vous fait ça, quand je finis un livre, qu'une série s'arrête ... je ne peux me résoudre à m'arrêter là ... j'entends par là, que ce qui m'a ému ne peut s'arrêter net avec la dernière page, le point final . Donc j'ai besoin de plus, d'une extension de la chose ... je ne sais pas si c'est archi clair mais c'est ce que je ressens ?

Et vous, avez vous lu Ne le dis à personne ? Et le film vous a -t-il plu ?
Ultime question, que me conseillez vous de lire, là, maintenant ?

Sinon je vous mets quand même le résumé du livre au cas où quelqu'un n'en avait jamais entendu parler ...

13:50 Écrit par Malou dans O' Books and Movies | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/04/2008

Sun, sun, sun

Il y a des jours voire des semaines où on se dit que tout va bien ; que les choses vont dans le sens où on l'espérait (ou plus ou moins) ... dans ces périodes là, je suis heureuse, euphorique ... & bizarrement ça correspond au retour du soleil ainsi qu'au mois d'avril ...

Le mois d'Avril est carrément devenu chez moi un concept ... il correspond aux dernières vacances de l'année, où il fait beau & que tu préfères aller bronzer dans un parc que t'atteler à la tonne de boulot que t'as à faire ... mais c'est aussi à ce moment là où tu te mets à penser à *maillot de bain* *nus-pieds* *piscine* *salade* *terasse* *barbecue* *robe légère* ... j'en passe et des meilleurs ...

 Si je fais un bilan de cette première semaine, on peut dire que niveau boulot je ne me suis pas foulée (c'est un euphémisme) mais niveau repos; mes batteries sont rechargées à 100% ... j'ai l'impression d'être en plein mois de juillet !!

Quoi de meilleur que d'être lundi, mardi ou bien jeudi ... allongé dans l'herbe avec des amis, une bonne bouteille, des victualles picniquesques !!! à discuter, refaire le monde ... profiter des premiers rayons de chaleur qui viennent caresser votre peau, colorer vos cheveux ... moi je dis qu'il n'y a que cela de vrai ...

jardin du luxembourg

16:35 Écrit par Malou dans Célébration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/04/2008

Il y a des jours comme ça


carte
C’est prouvé par A+B que pour moi le jour de grand Malheur c’est le lundi, il m’arrive les pires trucs que jamais il n’aurait pu m’arriver, tout va de travers, la journée ne sert à rien, je me dis tout le temps ‘jaguar mieux fait de rester dormir ce matin’ … mais je me suis rendue compte que ça peut très bien arriver un autre jour donc ce qui te fait au bas mot deux lundis dans at semaine & que ben donc tu as le droit à un autre jour de repos, pour te remettre de tout cela. Le samedi est là pour me remettre du lundi, le dimanche pour me remettre du samedi (sait-on jamais) donc comme cette semaine ça été un peu la lose, qu’est ce que je vais j’invente un nouveau jour ? Donc je m’octroye donc un jour ‘ouvrable’ en day-off (je peux le faire) ou bien je me souviens que désormais le lundi je n’ai plus cours et ça s’est terrible !
Tout cela pour dire que jeudi c’était horrible, j’ai paumé ma carte Imagine’R (en soit cela n’a rien de terrible mais comme j’avais une mega-extra-longue journée avec what mille RER, bus & métro à prendre & pour le coup je n’exagère pas ! ) donc j’ai vidé mon sac dix fois dans le bus où j’ai tout fait (faire tomber mes affaires-m’afficher-m’afficher encore et encore … tant que l’amour sera mort) mais toujours aucune carte à l’horizon ! J’ai même râté mon RER mais il faut que je vous raconte la petite conversation que j’ai eu avec le guichetier de ma gare RER :

Malou : « Bonjour, j’ai perdu ma carte IMAGINE’R, je vais jusqu’à Paris et vais beaucoup me déplacer aujourd’hui, qu’est ce que je peux prendre ? (noter que s’il m’avait vendu un trucs à 100€, j’étais so desperate, que je l’aurai pris quand même !)
Le guichetier : Alors il y a la carte orange à la semaine
Malou : Je vais vous prendre cela ! (notez qu’on était jeudi, jalaps probablement l’utiliser un jour mais j’étais DESESPEREE
Le guichetier : Oui mais Madame, on est jeudi on ne vend pas de coupon puisque demain vended on vendra le nouveau coupon.
Malou : %*#&&¤$%%!!!!!^^^^ (traduction : on perd du temps, vous me proposez un truc que vous ne me vendrez pas donc ça sert à quoi ? Alors je peux prendre quoi ? Je ne vais pas prendre un ticket à chaque fois que je vais prendre le bus, le RER* …
Le guichetier : Il y a la Carte Mobilis …
(dans ma tête kézako !) à la journée vous pouvez prendre RER, métro & bus d’ici à Paris … c’est 7€50 »

Moralité, j’adore dépenser de l’argent alors que j’ai une carte, entre temps j’avais appelé ma mère pour savoir où été ma carte, elle l’a pas trouvé … trois secondes plus tard elle me rappelle, mon père l’ayant finalement retrouvé, au milieu du journal Métro !

* Calcul ridicule mais ce jeudi 10 Avril j’ai pris 4 Bus ; 4 RER et 2 Métro
Moralité ‘ : vive la RATP !
* Paris by night

J’écris ces quelques lignes sous le coup de la colère, je ne sais pas encore vers qui m’adresser tout ce que j’en sais c’est qu’on n’en restera pas là !
Je suis outrée parce qui nous est arrives vended soir … je ne trouve pas les mots pour exprimer ma colère, mon indignation devant la scène à laquelle j’ai assisté, impuissante.
Je ne savais pas qu’en 2008, un vended soir, dans un bar dans le Quartier de L’Odéon, il était encore possible de se faire refuser lender à cause de la couleur de notre peau. Non, non … pas parce qu’on ne serait pas habiller comme ceci ou comme cela ou parce qu’on serait louche, ou des personnes néfastes pour le bar … non, non juste à cause de la couleur de peau.
Ce n’est pas moi qui ai été victime de cela mais un copain, un collègue … merde quoi !
Déjà, la soirée avait commencé bof bof quand le frère d’une amie c’était fait « recaler » bien avant qu’on arrive alors que nous, nous n’avons eu aucun souci, on est rentré grâce à celui qui mixait … le clou de la soirée c’est quand notre copain qu’on attendait, s’est vu refusé lender, que la personne qui ait intervenu c’est mal fait parler aussi, que personne ne nous a aidé « si le videur a dit non, moi je ne peux rien faire ! »

Je suis outré de la manière don’t il a été traité, qu’on ait les moyens de passer une bonne soirée, à siroter un verre et que ben non, ce n’est pas possible ! On a dépensé de l’argent dans un bar sympatique au demeurant qui s’est avéré être un lieu où je n’irai plus … il où le respect de la clientèle ?
Je ne sais pas quoi faire, je ne vais pas divulguer l’adresse du bar main tenant, je vais me renseigner auprès de Ligue contre la discrimination et après je verrai.

Si quelqu’un a une idée de ce que je peux faire, je suis preneuse ...

07:45 Écrit par Malou dans Mes confessions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |